La famine s'étend à d’autres parties du sud de la Somalie

9 août 2011

La situation désespérée dans le sud de la Somalie a empiré suite à la sécheresse causée par quatre saisons pauvres en précipitations et deux saisons totalement sèches. (Photo: OCHA/Abdi Noor Yussuf)

Nairobi - Trois nouvelles zones du sud de la Somalie ont été déclarées en état de famine, portant ainsi à plus de 13 millions le nombre des personnes dans le besoin suite à la crise sévissant à travers la Corne de l'Afrique.

Il s’agit de certaines parties de la région du moyen Shabelle, des camps du corridor d’Afgooye où vivent environ 400 000 personnes déplacées depuis 2007, et de parties de Mogadiscio qui abritent également des personnes déplacées.

Ces nouvelles déclarations de famine surviennent après celles des deux régions du sud Bakool et du bas Shabelle, il y a deux semaines.

« Il s'agit aujourd'hui d'une question de vie ou de mort pour un grand nombre de familles », souligne Helen Clark, l'administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement.

L’Unité d’analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition des Nations Unies avertit que sans une augmentation massive de la réponse humanitaire, la famine va rapidement s'étendre à de nouvelles régions dans le sud.

La Somalie est actuellement confrontée à la plus sévère crise alimentaire et nutritionnelle que connaisse le monde, tant en étendue qu’en gravité. Pour sauver des vies, une extension de l’aide humanitaire est d’une urgence absolue.

Mark Bowden, coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la Somalie précise que les informations les plus récentes « confirment nos inquiétudes quant à la gravité croissante de la crise affectant la Somalie, et en particulier (les personnes déplacées), ainsi que l’urgence de faire passer nos interventions à l’échelle supérieure. La déclaration de famine à Mogadiscio reflète l'afflux massif de réfugiés dans la ville au cours des deux derniers mois, ainsi que la nécessité de redoubler d’efforts pour améliorer leur situation ».

Au moins 2,8 millions de personnes, dont 1,25 million d'enfants, ont un besoin critique d'assistance dans le sud de la Somalie. La communauté humanitaire s'efforce d'assurer un accès sûr et sans entraves lui permettant de porter un secours vital aux populations affectées, là où elles se trouvent. Cela permettrait à moins de Somaliens d'avoir à entreprendre le périlleux voyage vers Mogadiscio ou le Kenya et l'Éthiopie.

Les organismes humanitaires travaillent très dur pour faire face à l’état critique des personnes déplacées, tout en espérant que la situation ne sera pas rendue encore plus compliquée par le conflit. Ces personnes sont déjà confrontées à des besoins de santé et de nutrition suffisamment graves.

« Au nom des principes humanitaires, j'appelle toutes les parties à soutenir l’urgente extension de l'assistance afin de nous permettre de sauver la vie de ceux qui ont le plus besoin de notre appui en ce moment critique », plaide Mark Bowden.

Le 29 juillet, un appel d’urgence d’environ 1 milliard de dollars a été lancé pour répondre rapidement à la catastrophe. Jusqu’ici, il n’est financé qu’à raison de 43 % et des fonds supplémentaires sont impérativement nécessaires pour pouvoir satisfaire les besoins essentiels.

Le 5 août, la star de cinéma et Ambassadeur de bonne volonté du PNUD, Antonio Banderas, a lancé un appel pour attirer l'attention du monde sur cette crise. « Pour sauver des vies, nous devons agir maintenant », a-t-il rappelé.

En dépit des problèmes et de la complexité des opérations en Somalie, une campagne de réponse à grande échelle est aujourd'hui entreprise par plus de 100 organisations de solidarité.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe